Donnez-vous des objectifs personnels sans vous comparer aux autres

Introduction

Le travail personnel peut paraître facile aux primes abords. Cependant à bien y regarder sortir de sa zone de confort n’est pas de tout repos.

Depuis 31 ans, je mets au service de toutes les personnes qui me consulte au Cabinet de Shiatsu[i] les meilleurs outils thérapeutiques et leur prodigue des conseils afin qu’ils parviennent à vivre mieux par et pour eux-mêmes.

Le but de cet article est de compulser le plus simplement possible, un ensemble d’outils efficaces dans un processus qui s’est avéré efficace tout au long de mon exercice thérapeutique. N’hésitez pas à me contacter si à la lecture de cet article vous aviez des questions personnelles ! Bonne lecture !!

Lorsque vous entamez un processus de travail personnel, il est très important de vous permettre de fixer vos propres objectifs personnels sans vous comparer aux autres, qui qu’ils soient !

Déterminer vos objectifs nécessite pour vous, de tous d’abords déterminer avec préciser « Qui vous êtes ». Déjà que cela constitue une tâche ardue en soi, elle devient carrément impossible si à chaque étape on tient compte de la perception des autres à notre égard.

Vous avez sûrement commencé un travail personnel pour l’une des trois raisons suivantes :

  • Vous ressentiez un mal-être suffisant important pour que votre zone de confiance soit remise en question
  • Vos questions à propos de vous-même, votre être intérieur, votre nature réelle, ont générer un travail personnel dans le but d’assouvir votre soif de réponses.
  • Un choc émotionnel fort a remis tellement vos convictions en question qu’un travail personnel s’imposait afin de simplement pourvoir revivre correctement.

Changer pour changer, n’est pas un travail personnel mais un changement temporaire.

Le travail personnel est une modification consciente et volontaire de la zone de confort dans le but de vivre mieux, dans de meilleures conditions afin que vous puissiez vous y épanouir.

woman wearing grey long sleeved top photography
Photo by Artem Beliaikin on Pexels.com

Votre zone de confort

Tout être humain développe une zone de confort dans laquelle il apprécie vivre ou tout du moins, il a ses repères.

Une zone de confort est composée d’un ensemble de facteurs :

  • Des habitudes comportementales : votre quotidien est jalonné d’habitudes comportementales et gestuelles qui composent des journées « familières ». Vous prenez avec les années de chemins particuliers afin de réaliser les actes que vous avez à faire. Ces habitudes vous appartiennent et vous caractérisent.
  • Des habitudes relationnelles : non seulement vous avez vos constellations familiales, amicales et professionnelles qui vous est propre car habitées de personnes qui vous sont spécifiques. Mais vous rentrez en relation avec ces groupes et ces personnes en activant des qualités relationnelles qui vous sont spécifiques.

Votre zone de confort EST ESSENTIELLE ET VOUS Y AVEZ DROIT. Vous en avez même un besoin vital. Comme chaque être humain vous avez besoin afin de vous reposer, de vous recharger, d’échanger dans une zone familière qui vous rassure tant physiquement que psychiquement sans oublier affectivement.

Osez être vous-même

Dans un processus de réflexion intérieure visant à modifier votre zone de confort par choix…vous devriez être seul. Je veux dire par là, libre de réfléchir, libre de faire vos choix sans aucune pression du monde extérieur.

Osez-vous découvrir et pleinement prendre conscience de l’étendue de votre personnalité

N’ayez pas peur de mettre en évidence tous les aspects de CE QUE VOUS ÊTES et de les valoriser

Que cela soit la famille, le conjoint, l’environnement professionnel ou amical, ces composantes sociales sont autant de sujets de pressions possibles que vous pourriez vous mettre inutilement. Donnez-vous un temps de réflexion hors de toute pression extérieure.

Parvenir à s’autoriser dans un processus méditatif au quotidien d’établir ses propres objectifs de vie, est essentiel si vous voulez mettre toutes les chances de réussites de votre côté.

Evidemment avoir un processus de réflexion seul ne correspond pas à se mettre à l’écart des groupes sociaux auxquels vous appartenez ! Au contraire, l’un n’empêche pas l’autre ; ils sont même profitables l’un à l’autre dans le sens de la complémentarité. Vous avez le droit de vous définir par et pour vous-même et évidemment de partager vos découvertes personnelles avec vos proches.

photo of a man sitting under the tree
Photo by Samuel Silitonga on Pexels.com

Offrez vous un espace et du temps

Je suggère de vous offrir un espace physique et un espace-temps quotidiennement durant lequel vous pourrez effectuer ce travail.

  • L’espace physique : c’est l’endroit qui va vous permettre de totalement vous laisser aller à votre processus de réflexion. C’est à vous qu’il doit convenir : naturellement cela peut être votre domicile, tout comme vous pourriez choisir un endroit que vous apprécié en pleine nature
  • L’espace-temps : un moment précis dans la journée que vous choisissez en fonction de votre emploi du temps et vos obligations. Un moment que vous pourrez totalement consacrer à votre travail personnel sans stress, sans être dérangé

Ce temps est un investissement dans la construction d’un plus beau futur, offrez-le-vous dans une bonne énergie et oui, beaucoup d’entre n’auront peut-être pas beaucoup de temps mais 15 excellentes minutes, c’est bien mieux que rien…

Evitez le dénie, la fuite ou la lâcheté

Il n’est pas facile de prendre vos responsabilités dans tous les événements qui constituent votre histoire personnelle, du moins au niveau des relations avec les autres.

Car il est évidemment plus facile d’en attribuer la faute aux autres…à vos parents, à votre conjoints, vos amis ou vos collègues…

Je vous suggère de partir du fait que vous avez été 50% de responsabilités dans chacune des relations qui ont jalonnées votre séjour sur Terre.

Il ne s’agit pas de vous défendre, mais de vous connaitre.

Essayez un exercice : imaginez que votre vie passée est une pièce de théâtre que vous regardez comme observateur. Regarde-vous avec détachement et décrivez avec une grande précision :

  • La position générale à l’intérieur des différents groupes : Avez-vous été plutôt un suiveur ou un leader ? Etiez affirmé ou effacé ? A toujours prendre la parole ou au contraire silencieux ?
  • Vos différents rôles : quelle place avez-vous prise dans les différents groupes au cours de votre histoire ? Si vous décelez une récurrence dans les schémas que vous avez mis en œuvre dans vos rituels, prenez le temps de la décrire dans tous ses aspects
  • L’image que les gens ont eue de vous au cours de votre histoire : Quels sont les qualités et défauts que les gens ont utilisés à propos de vous ? Quelle l’image que les gens ont de vous ?


grayscale photography of man sitting on grass field
Photo by Flickr on Pexels.com

Étape 1 : Qui suis-je ?

Cela vous paraîtra peut-être évident mais il n’est parfois pas si évident de clairement déterminer sa personnalité dans les aspects de la Vie.

Ne vous êtes-vous pas passablement défini par rapport aux autres ?? Eh oui, les normes sociales extérieures créent souvent l’unique référence d’évaluation.

Osez-vous écouter, vous regarder et vous sentir !

Posez des mots, des adjectifs en un mot conscientisez chaque facette de votre personnalité AVEC OBJECTIVITE. Décrivez avec précisions qui vous êtes sans vous cachez les défauts de vos qualités, les ombres de vos lumières. L’objectivité nécessite d’avoir du détachement par rapport à vous-même ; de parvenir à développer la position d’observateur (voir l’article à ce sujet).

Vous devriez parvenir à une description fidèle et honnête dont vous pourrez être fier. Modifiez-la jusqu’à atteindre la pleine satisfaction.

C’est une étape importante car elle représente la pierre fondatrice qui conditionnera tout le reste du travail.

A. Déterminez votre situation de vie globalement

L’objectif de cette étape est que vous vous fassiez une idée objective de votre situation de vie globalement, intérieurement et dans vos interactions avec les autres. Ces 3 points de vue sur vous-même vous apporteront 3 éclairages qui vous permettront de mieux vous comprendre.

Osez-vous observer sans vous trouver d’excuses ni à l’inverse vous critiquer. Soyez juste honnête et vrai.

Premièrement, regardez votre vie très globalement, d’une manière très synthétique, Ne chercher pas à détailler ou analyser un point particulier. Comparez cela à vos rêves d’ados : Lorsque vous faisiez vos projets de vie d’adultes, quels furent vos rêves ??? Que sont-ils devenus avec le temps ??

  • Avez-vous atteint vos buts ou pas du tout ??
  • Êtes-vous épanoui, accompli dans votre mode de vie ?? Ou au contraire, êtes-vous frustré de la non-réalisation de certains points ??

Posez-vous les questions qu’il faut afin que vous puissiez faire une auto-évaluation réaliste de votre situation de vie globale.

B. Votre vie intérieure

Deuxièmement, je vous suggère de qualifier votre vie intérieure.

Cela peut vous paraître ahurissant mais je vous invite durant cette étape à bien prendre conscience de la qualité relationnelle que vous entretenez avec….vous-même[ii].

  • Avant de réfléchir à quoi que ce soit, comment vous sentez-vous globalement dans votre vie actuelle ? Employez juste votre feeling pour mettre une notre de 1 à 6 sur votre niveau de bonheur intérieur globalement.
  • Si vous deviez donner une note qui sanctionne votre niveau de bonheur à chaque facette de votre vie, à quelle moyenne arrivez-vous ? Prenez soin de traiter séparément tous les différents aspects de votre vie
  • Prenez le temps de déterminer la nature de votre dialogue intérieure :
    • Comment vous parlez-vous : avec gentillesse ou avez-vous l’habitude de vous parler durement
    • Croyez assez en vous pour systématiquement vous encourager quelque soit la situation ou avez-vous tendance à baisser les bras très vite en cas d’échec ?
    • Comment gérez-vous l’échec intérieurement ? Etes-vous capable de tolérer l’échec ? Si oui, parvenez-vous vraiment à en tirer l’expérience ?? Ou au contraire êtes-vous incapable de tolérer la moindre défaillance de votre part ??
    • Comment gérez-vous un stimulus du monde extérieur : vous l’abordez avec calme (car vous avez confiance en vous) ? Ou vous avez tendance à paniquer (car vous avez énormément douter de vos capacités) ?

Votre objectif est de qualifier :

  • La perception que vous avez de vous-même
  • La teneur de votre dialogue intérieur
  • La capacité de répondre à un stimulus extérieur quel qu’il soit
  • Vos valeurs intérieures, celles qui vous définissent le mieux

C. Votre vie sociale

  • Quels sont les rôles que vous jouez dans la société ? essayez d’en tirer des enseignements : les rôles que vous prenez naturellement dans les groupes sociaux jusqu’à aujourd’hui vous permettent de mieux comprendre ce vers quoi vous vous dirigez plus ou moins naturellement (selon que vous ayez consciemment choisi de les prendre ou au contraire que vous les aient imposés !)
  • Quel est votre rôle dans votre famille ? Réfléchissez tant à propos de la famille dont vous provenez qu’à propos de celle que vous avez créée !
  • Comment les autres vous perçoivent/disent de vous ?

Votre objectif est de qualifier :

  • Les rôles que vous avez tendance à prendre dans la société
  • Les rôles que vous avez au sein de vos familles (originelle et celle que vous avez créée)
  • La perception que les autres ont de vous
balance blur boulder close up
Photo by Pixabay on Pexels.com

Etape 2 : je fais le bilan de ma situation

Aux vus de vos observations et notes de l’étape 1 :

  • Donnez 3 notes à votre vie intérieure : aspects physiologiques, affectifs et psychiques. Prenez comme référence votre idéal (que vous aurez pris le soin de déterminer objectivement au préalable).
  • Faites de même pour votre vie sociale.
  • Quelles sont les différences entre vos deux mondes : en quoi votre vie intérieure et votre vie sociale différent l’une de l’autre ?
  • Osez-vous pleinement manifester extérieurement ce que vous êtes intérieurement.
  • Enfin donnez-vous une note globale finale en prenant la vie la plus heureuse possible (tel que vous l’aurez défini au préalable) comme référence.

L’objectif de cette deuxième étape du processus est d’avoir une évaluation globale, honnête et objective de ce que votre nature profonde et de la qualité de votre vie (votre niveau de bonheur).

Vous connaitrez :

  • Vos forces et vos faiblesses
  • Vos qualités et vos défauts
  • Ce qui fait battre votre cœur et ce qui le blesse
  • Ce qui est profitable à votre corps et ce que le péjore
  • Les émotions qui vous construisent et celles qui vous détruisent
  • Les pensées qui vous donnent de l’énergie et celles qui génèrent un grand nuage noir
meditating with candles and incense
Photo by Elly Fairytale on Pexels.com

Etape 3 : je détermine « Ce que j’aimerais DEVENIR »

L’étape vous aura donné accès à ce que VOUS ÊTES, l’étape 3 a pour objectif de déterminer CE QUE VOUS VOULEZ DEVENIR.

Pour se faire, je vous suggère de considérer votre vie comme un matériaux vivant dont la qualité dépend de vous seul. Vous seul avez le pouvoir de changer ce que vous venez de déterminer EN UNE VIE MEILLEURE.

Cependant pour que cela ne soit pas qu’un feu de paille, pour que ce changement soit efficient et mesurable…. RESPECTEZ VOUS

A.   Déterminez ce que vous aimeriez changer

Déterminez les domaines dans lesquels vous aimeriez vous améliorez ou carrément tout changer.

  • A un niveau physique : qu’est-ce que vous aimeriez changer dans votre hygiène de vie ? Quelles résolutions aimeriez-vous prendre dans le futur
  • A un niveau affectif : maintenant que vous savez les émotions à effet positif ou négatif sur vous ; dans quelle énergie émotionnelle aimeriez-vous vivre ?
  • A un niveau psychique : quelles sont les pensées qui vous nourrissent et que vous défendez donc facilement dans le monde extérieur ? Et leur pendant inverse ?

B.   Déterminez vos objectifs en vous respectant

Respectez vos valeurs, celles que vous avez mis en évidence et osez vous projeter dans un projet d’amélioration posé et mesuré. Plus que tout, je vous suggère de poser des objectifs à votre portée et réalisable par et pour vous.

En respectant votre nature et tout ce que vous en avez appris ; posez dans tous les domaines que vous avez évoqué lors des étapes précédentes, des objectifs clairs.

Votre objectif : améliorer touts les domaines dans lesquels votre auto-évaluation à mis en évidence une problématique, un défaut ou une souffrance.

C.   Sortir de la souffrance et de la frustration

  • Sortez de la souffrance peut-être pour des raisons philosophiques ou religieuses, mais surtout pour mieux vivre. En effet la souffrance tout comme la peur nous fait sécréter des hormones de peur, qui ont un effet dévastateur sur votre corps. Solutionnez tous les domaines dans lesquels vous souffrez afin de simplement vivre dans le plaisir pour bénéficiez naturellement des hormones de plaisir
  • Osez sortir de toutes vos frustrations en leurs trouvant de vraies solutions par et pour vous-mêmes. Pardonnez-vous et pardonnez aux autres votre situation présente même et surtout si elle est frustrante dans un ou plusieurs domaines. Donnez-vous le plein droit de changer cela en osant vous épanouir là où vous étiez intériorisée.


male traveler standing on top of mountain and admiring landscape
Photo by Trace Hudson on Pexels.com

Etape 4 : Donnez-vous les moyens d’atteindre vos objectifs !

A.   A chaque jour suffit sa peine

Un « petit peu » vaut mieux qu’« grand beaucoup » proverbe amérindien

Je ne vous apprends en vous disant que mon expérience m’a démontré que seules les tortues arrivent à destination, les lièvres se sont essoufflés depuis belle lurette. En termes claires, je vous suggère de planifier une mise en place de changement dans le quotidien.

Tant pour les changements d’hygiène de vie du corps, l’affect et le psychisme changent d’autant plus facilement si le cap est maintenu chaque jour avec fermeté.

B.   Mettre en place une discipline, la vôtre !

Mettre en place une discipline est rébarbatif que si celle-ci est extérieure. En revanche du moment que à la suite de vos choix, vous avez déterminer un cap de vie ; osez ne plus perdre de temps à douter de votre choix. Appliquez vos décisions intérieures chaque jour au travers de tous vos actes, vos paroles quotidiens.

N’ayez pas peur de FAIRE CE QUI EST JUSTE POUR VOUS en ne perdant plus de temps AVEC CE QUE VOUS N’ÊTES PAS, NE FAÎTES PAS OU NE DITES PAS.

Etape 5 Evaluez vos progrès !

Comme un bon évaluateur, mettez en place de vérification périodique.

Posez-vous les questions suivantes :

  • Suis-JE en train de bouger de CE QUE JE FUS vers CE QUE JE VEUX DEVENIR ??
  • Comment vous sentez-vous globalement et dans chaque domaine dans lequel vous avez opérez un changement ?
  • Dois-je changer :
    • Certains de mes objectifs (pour encore mieux répondre à mes besoins) ?
    • Certains moyens d’y parvenir (est-ce qu’il existe un meilleur moyen d’atteindre mon objectif) ?

Au cas échéant recommencez le processus à partir de l’étape 1. Re-définissez-vous mieux, fixez de nouveaux objectifs et moyens d’y parvenir.

N’oubliez de vous féliciter à chaque réussite !! Même en cas d’échec, vivez celui-ci comme une expérience. Recommencez en choisissant de meilleurs objectifs et moyens de les atteindre.

Puissiez-vous atteindre vos rêves !!

Jean-Christian Balmat

Contact :

Mail : info@santeholistique.ch

Tél. : +41 78 942 27 95


[i] Depuis 1991 je suis thérapeute et enseignant en médecine complémentaire, le Shiatsu Holistique ; enseignant en Taï Chi, Méditation Evolutive et Ninpo Nin-Jutsu (art martial interne japonais)

[ii] Si je devais choisir un seul conseil à donner aux gens pour les aider à vivre mieux, cela serait d’améliorer le dialogue intérieur. Un nombre considérable de personnes des deux sexes et de touts âges, ne se rendent pas compte qu’elles se paroles extrêmement mal. Durant le travail personnel elles prennent soudains conscience de cela et finissent par admettre que le fait de s’insulter soi-même est un acte hautement dévalorisant, c’est de l’auto-mobbing.

Laisser un commentaire