You are currently viewing <strong>Le Travail Personnel dans le cadre de nos formations en Shiatsu Holistique</strong>

Le Travail Personnel dans le cadre de nos formations en Shiatsu Holistique

Depuis 1991, nous investissons tout notre cœur afin de transmettre le Shiatsu Holistique plutôt que de simplement l’enseigner. Chacun de nos cours shiatsu permet à l’apprenant de découvrir un autre aspect théorique de l’être humain (corps subtils) ainsi que des nouveaux outils thérapeutiques efficaces et spécifiques.

En effet, nous considérons que la transmission d’une thérapie complémentaire est une démarche particulière. Celle-ci requiert la plus grande attention et un respect total de l’aspect humain.

Il est primordial pour nous de respecter deux axes importants de travail :

  1. Respecter un art de soigner qui se transmet depuis des milliers d’années : soigner un être humain sans autre ressource que soi-même. Pas d’appareil de diagnostic ou de résultats chiffrés sortant d’une imprimante… juste le thérapeute, ses mains et au milieu son Cœur et sa Tête. 
  2. Il est pour nous primordial de prendre en compte chaque personnalité, chaque différence, chaque demande de nos apprenants. Dans le but que chaque apprenant progresse à sa vitesse au sein du groupe.

Les quatre piliers de nos formations

  1. Travail théorique : nous donnons un enseignement très complet qui s’aligne sur les standards européens dans notre domaine. Lors de chaque cours théorique, nos élèves reçoivent un support pédagogique comprenant une théorie originale, de nouveaux tests et de nouveaux outils thérapeutiques. (Formation de Base : 534 pages – Formation de Technicien : 826 pages – Formation de Praticien : 996 pages.) Chaque année compte 9 week-ends de théorie (7 week-ends pour la Formation de Praticien)
  2. Travail pratique : pour nous, le travail pratique supervisé est essentiel. Durant chaque stage théorique, les mises en pratique supervisées suivent l’enseignement théorique. De plus, chaque année, cinq week-ends de cours sont consacrés exclusivement à la mise en pratique.
  3. Travail personnel : nous considérons qu’un thérapeute ne peut donner que ce qu’il a lui-même intégré. C’est pourquoi dans les Formations de Technicien et de Praticien, nous demandons à nos élèves d’effectuer un travail personnel (dont ils fixent eux-mêmes les objectifs). Ce travail est supervisé de manière continue.
  4. Évaluations formatives : tout au long de l’année de formation, chaque élève participe proactivement à ses évaluations formatives afin qu’il puisse prendre conscience du niveau de ses acquis ou des éléments à améliorer. Nos évaluations concernent tant les acquis théoriques, pratiques que le travail personnel.

Travail personnel

Dans toutes nos formations, nous abordons les trois aspects de l’être humain : le physique, le psychique et l’affect. Cela demande une certaine ouverture d’esprit et un aspect humain de la part de chaque élève.

Les élèves pratiquent les uns avec les autres, ce qui amène chaque élève à faire un minimum de travail personnel.

Dans la formation de base et la formation de technicien de santé, ce travail est suggéré, sans être obligatoire. Par contre, pour la formation supérieure de praticien de santé, ce travail personnel est le « centre » de la formation.

Le travail personnel en 2 étapes

« Un thérapeute ne peut donner que ce qu’il a lui-même intégré »

Le travail personnel consiste à une introspection complète de la personne en formation. Le but est de :

1. Définir et prendre conscience de sa vraie nature intérieure. En effet, sa personnalité, ses envies, ses inclinaisons, ce qui touche son cœur, ce qui le motive… sont des notions qui lui sont propres et complétement spécifiques. Prendre conscience de toute l’amplitude de cette spécificité, de la valoriser tout en maintenant une totale comptabilité avec ses congénères

2. Définir « Ce que Je Suis » et « Ce que j’aimerais Devenir »

3. Définir des étapes de progression entre « Ce que Je Suis » et « Ce que j’aimerais Devenir » et se donner les moyens de le faire en termes énergétiques, physiques, intellectuels et affectifs

4. Procéder à des auto-évaluations fréquentes afin de définir si la progression est celle qui était prévue ou dans le cas contraire, redéfinir le point 3

Accepter le principe du travail personnel

Il n’est pas évident d’entamer le processus de travail personnel. En effet, pour la plupart des êtres humains, nier les échecs qui jalonnent leur vie, les expliquer via le hasard ou en projeter la responsabilité sur leurs congénères, reste plus simple que d’affronter leur réalité personnelle.

Voyons ensemble les différentes phases de ce processus.

Quelle est ma nature profonde ?

Le premier pas du travail personnel consiste à définir sa vraie nature.

Au-delà du sexe, de l’âge, de la provenance familiale, de la citoyenneté, de la culture et de l’époque… existe la juste nature de chacun d’entre nous.

Oser méditer sur cette question nécessite du courage et de la persévérance. Car il est toujours facile de se définir par rapport à un congénère, un dogme, une pensée, un fait, une action.. mais se définir dans l’absolu est une autre affaire

Le but est de définir ce vers quoi notre vraie nature nous amène tout naturellement.

En effet, chaque être humain selon sa nature sera attiré :

·        Par un type d’êtres humains (groupe porteur de valeurs spécifiques qui le définisse),

·        Par une idéologie plutôt qu’une autre

·        Par un emploi qui permettra l’épanouissement de valeurs intérieures

·        Etc.

Ce premier pas exige :

·        Du courage

·        De la persévérance

·        De sortir de toute forme de déni.

·        De… réguler son ego afin d’accéder au détachement, l’objectivité.

Faire un bilan de vie

Une fois sa vraie nature définie (le « Qui suis-je ? »), il est temps d’effectuer un bilan de vie.

Pour ce faire, une qualité est primordiale : le non-jugement, tant personnel qu’à l’encontre des proches qui ont partagé notre vie tout au long de notre histoire.

Le non-jugement permet de mettre en œuvre un trésor caché dont la valeur pour la personne est vitale ! Ce trésor, c’est la capacité de chacun à transformer ces échecs en expérience de vie !

En revisitant ainsi son histoire de vie, chaque personne peut en tirer la quintessence afin que son présent et son futur soient la confirmation de qui, par le passé, à apporter du bonheur, du plaisir et de l’évolution ; et la transmutation en quelque chose de positif dans tout ce qui a été vécu comme un échec.

Parvenir à effectuer un bon bilan personnel permet à toutes et tous, quel que soit leur passé, de sortir de la reproduction et de rentrer dans l’auto-construction de leur personnalité dans le respect global de ce qu’ils sont profondément.

Les 2 étapes suivantes du travail personnel

Le thérapeute ne peut transmettre à son patient que ce qu’il a lui-même vécu, expérimenté et transcendé.

1ère étape : travailler sur les 4 corps inférieurs

Découvrir la notion de « Corps Subtils »

Lorsque l’élève commence la formation au sein de l’École de Shiatsu Holistique, il passe un premier temps à découvrir et prendre en compte le corps éthérique, ce qui n’est pas une mince affaire. En effet, la plupart des élèves débutants n’ont pas ou très peu de notion dans ce domaine.

En suivant les cours, l’apprenant découvre également les notions d’intellect (psychisme) et d’affect. Il passe ainsi sa première année à tenter de concilier ses notions afin de pouvoir les intégrer peu à peu lors des soins Shiatsu Holistique qui effectue sous la supervision de son formateur.

Suivant son ouverture d’esprit, il peut entamer sa 2ème année de formation en ayant intégré les 4 corps subtils inférieurs :

·        Le Corps Mental (lié au psychisme, à l’intellect, aux pensées)

·        Le Corps Astral (lié à l’affect, aux émotions)

·        Le Corps Éthérique (lié à l’énergie vitale, Ki, Chi, Prana)

·        Le Corps Physique (lequel est nourri, vitalisé par l’énergie produite par les 3 corps susmentionnés)

La mise en œuvre du travail personnel

La première phase de travail personnel pour lui consistera à

·        Définir « qui il est vraiment »

·        Se fixer des objectifs personnels qu’il désire améliorer – des aspects de sa personne sur lesquels il désire travaille afin de les transcender.

·        Effectuer ce travail au cours de l’année de formation, aidé et soutenu par ses collègues et son formateur

En 32 ans d’expérience me permettent d’affirmer qu’une année passe très vite pour l’apprenant qui, en se respectant lui-même, définit des objectifs et travaille à les atteindre.

Découvrir que l’on peut définir puis agir proactivement sur :

·        La qualité de nos pensées (et ainsi agir sur le Corps Mental)

·        La qualité de nos émotions (et ainsi agir sur le Corps Astral)

·        La qualité de notre énergie vitale (et ainsi agir sur le Corps Éthérique)

… constitue une vraie révolution pour la plupart des personnes.

Il n’est pas simple d’agir sur ces trois niveaux ! Cela nécessite un travail constant et assidu de chaque instant.

La supervision est primordiale afin que le formateur puisse donner des clés de compréhension et suggérer des outils thérapeutiques efficaces.

Le soutien des collègues de formation est essentiel afin que l’apprenant se sente entouré dans ce travail intérieur, qui, ne nous le cachons pas, est une remise en question de tous les acquis et connaissances !

La 2ème année de formation passe ainsi très rapidement et, ponctuée par les évaluations périodiques lors des cours, l’apprenant, en général, ne voit pas les 9 mois de la formation passer !

2ème étape : travailler sur les 3 corps supérieurs

Après avoir résolu et harmoniser les 4 corps inférieurs*, la 3ème et 4ème années de formation sont consacrées au travail sur les 3 corps supérieurs.

*Note : résoudre et transcender toutes les problématiques personnelles au niveau psychique et affectif est un travail colossal qui nécessite souvent (tout le temps…) plus qu’une année pour y parvenir. Le temps n’est pas une notion compressible dans ce contexte et il est primordial que chacun se respecte et se donne le temps nécessaire.

Parler des 3 corps supérieurs est généralement une découverte totale et entière pour l’élève.

Parler d’âme et accepter qu’elle soit le centre et la vraie nature de l’Être Humain est une notion pas évidente à assimiler.

De même, la notion de monde spirituel, l’évocation de la Loi de Rétribution (= Karma), peut heurter et même temporairement être totalement rejetée par l’apprenant.

Et cela est normal et dans l’ordre des choses… La spiritualité est une notion qui n’est pas souvent évoquée dans la vie courante et qui est souvent teinté des problématiques liées aux :

·        « Églises de pierre » (les religions ancrées dans le plan physique, chrétiennes, juives, musulmanes, hindoues) qui ont généré des millions de morts depuis… trop longtemps.

·        Théories spirituelles très, trop, superficielles colportées par des « ouvrages de gare » vendues dans les grandes librairies. Ces ouvrages simplifiant à l’extrême des sujets vastes font plus de mal que de bien. En étant réductrices, elles font croire à trop de lecteurs crédules que la monde spirituel est d’un accès facile… ce qui est faux !

·        Etc…

L’élève qui a bien réussi à agir intérieurement et transcender ces anciennes limites afin de créer de ses mains « ce qu’il devient » et qui se donne les moyens

·        De se documenter

·        De poser des questions et d’interagir avec son formateur

… consent à découvrir un monde totalement nouveau dans lequel il devra progresser pas à pas, tel un jeune enfant qui apprend à marcher…

Tout est nouveau, car les lois qui gouvernent le monde spirituel diffèrent quelque peu du monde physique (plan physique).

De même, découvrir que ces sept corps subtils, correspondent à sept plans de conscience et, intérieurement, à sept groupes de glandes endocrines (les 7 chakras) sont des notions qui prennent du tout à accepter et surtout assimiler !

Parvenir ensuite à admettre, puis apprendre que l’on peut agir sur ce système neuroendocrinien avec le Shiatsu Holistique est encore plus dure. Car, pour autant que l’apprenant accepte le simple fait que cela soit possible, très peu d’êtres humains osent devenir acteurs thérapeutiques dans ce domaine restreint (par notre limites sociaux-culturelles).

Pourtant, pour celles et ceux qui osent se voyage intérieur à la rencontre de la nature profonde de l’être humain, je peux affirmer que c’est le plus beau des voyages à entamer !!

Conclusion

Le Travail Personnel au sein de l’École de Shiatsu Holistique est un long parcours qui demande à celles et ceux qui l’entreprennent Courage, Humilité et Persévérance.

L’élève qui veut aller trop vite, se grille les ailes à vouloir imiter Icare.

L’élève qui ne va pas assez vite, se lasse du manque de résultats et finit par renoncer

Marcher sur la Voie à une Juste Vitesse, demande d’écouter son cœur… et dans le monde actuel, cela demande à celui qui le veut d’oser remettre en question le paradigme du monde moderne et les illusions qu’il comporte.

À aucun moment de l’Histoire de l’Être Humain, se travaille n’a été facile ! L’entamer, c’est s’assurer un ultra-trail intérieur sur des années… Cependant, s’il y parvient, cela représente la plus belle victoire qui l’Être Humain puisse obtenir sur Terre.

Car le vrai trésor est à l’intérieur, n’est-ce pas ??

                                                                                  Jean-Christian Balmat

                                                                                  Fondateur et Directeur Pédagogique

                                                                                  De l’École de Shiatsu Holistique

Share this

Laisser un commentaire